Pandora Hearts no Yūutsu
Qu'attend tu pour nous rejoindre ?

Pandora Hearts no Yūutsu


 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 HELP urgentissime >.< "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kokoro Mai
Admin
Admin
avatar

Zodiaque : Cancer Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 22
Localisation : Dans l' Abyss

Destroy Card
Chain/Pouvoir :
Ce que j'ai dans mes poches ... :
In love with :

MessageSujet: HELP urgentissime >.< "   Jeu 28 Avr - 10:21

Bonsoir à tous, je me présente à un concours d'écriture ( oui c'est mon 1° ^^ ) dont la consigne est de narrer l'histoire d'un personnage secondaire d'un livre qui je pense ne vous dira surement rien. ( j'essaye toujours c'est dans la série Les colombes du roi Soleil . ) L'histoire se passe à l'époque du Roi-Soleil, Louis XIV et il existe une maison d'éducation pour les jeunes files nobles. Et arrivée à un certain âge, on choisit de partir dans un couvent ou de se marier. je sais que c'est un peu tard et c'est juste avant la date limite du concours ( le 30 avril ) mais bon, j'essaye mais c'est vrai que j'ai du mal à écrire avec le language de l'époque non écrire tout court en faisant le minimum de fautes et d'incohérences >.< ! on i vous pouvez m'aider ce serait bien sinon pas je e dé***** sachant que je ne gagnerais pas TT-TT et puis ne vous étonnez pas si ça vous fait penser à un livre je m'en suis inspiré fortement !!!!!
Merci ! Ah oui et le plagiait est interdit même s'il s'agit d'un truc pourri
!!

« Jeanne de Montesquiou, ayant atteint l’âge de vos vingt ans nous vous sommons de faire un choix. Toutes les demoiselles de la maison royale de Saint-Cyr sont passées par là. Souhaiterez-vous donc entrer dans un couvent ou bien être sous la protection d’un mari ? »

Les paroles de Madame de Maintenon me plongeaient dans une réflexion déjà travaillée auparavant. Si mes camarades avaient été là, elles m’auraient sans doute conseillé le mariage. Toutes désiraient cet envol vers la liberté et l’amour. Cependant, pieuse et sage comme j’étais, je choisis de bon gré le couvent. La monotonie et le calme de Saint-Cyr me correspondaient parfaitement. C’était beaucoup plus prudent qu’un mariage avec un inconnu. Je m’imaginais très mal partager mon lit avec un vieux baron. Cette image me fit frissonner. De plus, même si je pouvais avoir un mari beau et jeune, il pourrait très bien me tromper. Je me souviendrais toujours de ces récits hideux racontés par Madame de Caylus. Lorsqu’elle venait, elle nous faisait part de son expérience avec les jeunes de la cour et avec son vieux mari qu’elle trompait. Cela ne me plaisait guère et j’avais commencé tout doucement à me forger une assez mauvaise image de la gente masculine. Du coup, mon choix fut rapide. J’annonçai donc à Madame de Maintenon que je voulais entrer dans un convent. Cette dernière me félicita d’avoir choisi le chemin de la religion. Elle me trouva fort mûre en dépit de mon jeune âge. Après un discours que j’écoutais par politesse, elle m’ordonna de me préparer pour partir le lendemain. Le seul bémol était que je n’avais pas d’affaires étant donné que tout appartenait à la maison. Elle voulait peut-être que je me prépare mentalement…

Je ne sais pas si cela vous ait déjà arrivé de ressentir une angoisse atteignant des profondeurs insondables. Je me souvenais du jour où j’avais quitté ma ville natale. J’avais mes racines plantées dans cette terre. L’amour parental et celui de mon entourage faisaient pousser petit à petit le bourgeon que j’étais. Mais voilà que l’on vint m’arracher de cet endroit pour me planter autre part. Je finis donc par pousser dans l’atmosphère languissante de la maison. Je n’étais certes qu’une simple fleur blanche, frêle et point épanouie mais je me sentais bien. Vous comprenez le chagrin de devoir partir qui me submergeait? J’eus le cœur serré quand je saluais mes camarades. Seulement, je voulus rester digne jusqu’à la fin et je tentais donc de retenir mes larmes.


***

La calèche ralentissait pour enfin s’arrêter totalement. Encore somnolente, j’ouvris mes yeux. Pendant quelques instants, je ne me rendais pas compte de l’endroit où j’étais. Je me contentais de suivre la personne qui m’accompagnait. Ce fût l’accueil fort poli de la dirigeante du couvent qui me ramena à la réalité. Je me présentais comme me l’avait apprise la maison de Saint-Cyr et nous nous dirigeâmes ensuite vers l’édifice. A chaque pas, les petits cailloux s’entrechoquèrent dévoilant parfois quelques mauvaises herbes qui poussaient çà et là. Les fastidieuses pierres grises qui composaient le mur du bâtiment n’avaient rien à voir avec ceux de Saint-Cyr. Je fus surprise de constater que l’intérieur était tout aussi pittoresque. L’atmosphère était lourde, pesante et froide. Le calme anormalement silencieux régnait dans la salle. Les nonnes me souhaitèrent un bonjour ponctué par un sourire avant de remettre le nez dans les fils et les aiguilles. Malgré leurs sourires plutôt accueillants, leurs yeux étaient aussi sombres que leurs pensées, aussi tristes que leurs vies. Leurs regards ne pétillaient pas avec espoir comme ceux des jeunes filles de Saint-Cyr. En effet, elles n’étaient plus des demoiselles pleines d’ambitions et d’espoirs. Bien au contraire, elles avaient toutes l’air autant affligé les unes que les autres par ce même fardeau appelé la vie.


***

Les jours passaient, les nonnes ne s’échangeaient que quelques mots dans la journée pour dire « bonjour », « merci » … Elles étaient vouées à la prière et à Dieu. J’essayais de m’intégrer tout doucement dans ce mode de vie que n’importe qui aurait jugé ennuyeux. Les bavardages la nuit me manquaient cruellement. Je n’avais personne à qui parler. Elles étaient toutes plus âgées que moi. Cependant, un soir, alors que j’essayais de me tourner et me retourner sans cesse sur mon lit pour trouver le sommeil, j’entendis des reniflements suivis de hoquets. Je présumais que quelqu’un avait pleuré. Dans la pénombre, je me redressais lentement et scrutais la pièce. J’aperçus sœur Lucie avec le visage baigné de larmes. Je me levais doucement et marchais sur la pointe des pieds afin de ne pas réveiller les autres. Je me faufilais discrètement vers le lit de Lucie et lui tendit un mouchoir.

« Je vous remercie Jeanne, c’est fort aimable, me chuchota sœur Lucie qui devait être âgée
de vingt-huit ans.
- Je vous en pris.
- Jeanne, vous n’avez pas conscience de la chance que vous avez, dit-elle coupée par des sanglots. Vous n’avez encore jamais connu les hommes, jamais connu l’amour, jamais connu la souffrance.
- Un homme vous a fait du mal ?
- Oui, vous ne savez pas quel point. Ils sont tous charmants, beaux, courtois et bavards. Ils vous récitent les plus beaux sonnets d’amour et vous charme en un laps de temps. Vous en prenez un pour époux, pensant que c’est le bon et pendant un moment vous vivez un bonheur puissant et enivrant, une plénitude indescriptible. Puis les jours passent et plus ils sont paisibles. Il ne perd pas son temps pour vous tromper. Voilà comment sont les hommes. Ce sont des hypocrites. L’amour est un fleuve qui ne peut qu’aboutir à la souffrance. Toutes les jeunes filles naïves tombent dans son piège. Il vous montre les plus belles choses avec sa lueur brillante, chaleureuse mais aveuglante. Il perd au fil des jours son éclat et vous voilà en train de sombrer dans l’obscurité de son antre. Quel être cruel ! Croyez-moi Jeanne, vous en avez de la chance, vous au moins ne souffrirez pas.
- Je compatis votre souffrance soeur Lucie. Est-ce la raison pour laquelle vous êtes entrés dans un couvent ?
- Oui, seul Dieu a le pouvoir de m’apporter une lumière infinie pour me sauver de ce gouffre. Son amour est éternel !

Je restais interdite après cette discussion, j’arrivais encore moins à trouver le sommeil. Je m’imaginais à la place de cette pauvre sœur Lucie. Pendant son récit, j’ai ressenti des moments de bonheur quand elle décrivait ce sentiment au début mais surtout un profond dégoût. Pour rien au monde je ne voudrais connaître ce qu’elle a connu. La souffrance me fait trop peur !

Je me rendis vite compte que toutes les femmes de ce couvent étaient blessées en amour.
Toutes étaient des belles fleurs fanées par la souffrance.
Toutes me chuchotaient de ne pas croire à l’amour et aux hommes.
Toutes attendaient le trépas avec un espoir désespérant.
Toutes se raccrochaient au Seigneur.

J’avais fini par m’inventer une vie que j’aurais pu avoir à travers elle. Ma répugnance pour la gente masculine ne s’amplifiait que davantage et grâce à ces femmes, je pus comprendre que seul l’amour de Dieu est éternel, le reste était éphémère.


***

Ce fût un jour identique aux autres, sauf que ce fût mon tour d’aller dans le jardin. Il m’avait été chargé d’arroser les plantes et les fleurs médicinales. J’aimais être en contact de la nature, j’admirais les charmes inouïs que chacune des plantes dégageaient. Depuis mon enfance, j’avais toujours aimé les fleurs. Je me souvenais de l’époque où ma mère et moi cueillions tous les jours ces pures merveilles pour confectionner un beau bouquet. Une bouffée de nostalgie m’envahit soudainement, je regrettais tellement cette période d’insouciance. Je soupirais.

« Comment une jeune et jolie fleur telle que vous puisse s’épanouir dans cet endroit enténébré ? »

Je levais les yeux et aperçus un jeune homme assis sur le muret. Je sursautais et reculais de trois pas par simple mesure de sécurité. Il était plutôt grand et mince. Ses cheveux châtains clairs de nature rebelle tombaient sur ces yeux bleu clair qui pétillaient de malice. Son sourire en biais inspirait plutôt confiant. Remarquant que je le dévisageais, je baissais les yeux de honte.
Il continua de plus belle : « C’est une triste chose de s’abandonner à la mort sans même avoir connu la vie.
- Je la connais beaucoup trop, rétorquais-je.
- Non, je lis les femmes comme un livre ouvert, je peux vous promettre que vous croyez seulement connaître. Croire connaître, n’est pas connaître. Moi, je sais que vous n’êtes qu’une petite fleur blanche. Sur ce, je vous salue ! »

Sans même que j’eusse la possibilité d’articuler un seul mot pour ma défense, il prît la poudre d’escampette. Je compris la raison en voyant sœur Emilie derrière moi.
Durant les prières, mon esprit vagabondait sans cesse vers ce mystérieux jeune homme qui utilisait le même langage que moi : celui des fleurs. Je sentais en moi une grande émotion déferlante telle une vague mais aussitôt je me privais de cette eau pour suivre le devoir. Les flots d’émotions aussi fortes ne devraient pas m’alimenter, ils ravageraient la petite plante que j’étais. Néanmoins, même quelques gouttes me faisaient le plus grand bien.
Une fois, je disais oui, une autre fois je disais non.
Une fois je mangeais avec appétit, une fois je me privais de nourriture.
Une fois je souriais, une autre fois je ne laissais pas paraître mes émotions.
Une fois je chantais, une autre fois je demeurais en silence.
Une fois, j’espérais le revoir, une autre fois je ne voyais que Dieu.
Je ne m’étais pas tout de suite compte mais je commençais à être déchirée entre l’amour d’un simple mortel et celui de Dieu. J’essayais de me raisonner à voix basse la nuit :

« Non … non, je ne peux pas aimer … j’en souffrirai. Je ne veux pas souffrir, ce sentiment ne cesse me hanter depuis ma naissance. Le prix pour connaître l’amour est trop dur à payer. Un grand bonheur contre une souffrance infinie. Quel échange équivalent ! Tous les hommes sont faux ! Ce sont des fleurs dégageant une odeur attirante qui me suffoquera après.
- Vous n’avez pas l’air en forme ces derniers temps Jeanne, s’inquiéta sœur Lucie
- Ce n’est rien, tout va bien, je suis juste un peu fatiguée. »

Qu’est-ce que j’aurais aimé que cela soit vrai !


***

Un matin, nous partîmes faire l’aumône dans la rue afin de récolter de l’argent pour les plus démunis. Pour mon plus grand bonheur ou malheur, le visage que j’avais tant espéré de voir m’apparût, hélas, pas comme je l’aurais voulu. Il était près d’une jeune fille et sauf si mes oreilles enregistraient les mauvais sons, il se déclarait : « Ô belle enfant, savez-vous que je bâtirez tout un empire pour vous voir sourire !
- Comment osez-vous ! Retournez voir votre Séverine, répondit la jeune fille en colère.
- Je ne puis, c’est bel et bien vous qui occupez tout mon cœur ! »

Il se prit un soufflet avant d’être complètement seul. Il haussa les épaules et s’exclama : « Encore une de perdue. »
J’étais tellement plongé dans la discussion que je n’entendis même pas sœur Mathilde m’appeler. Je dus quitter la place avec un drôle d’amertume. Pour échapper à mes pensées, j’essayais de m’écarter discrètement du groupe de sœurs pour mendier ailleurs et par le plus grand des hasards, je tombais nez à nez sur celui que je voulais éviter.
« Miracle ! Voilà que je vous retrouve charmante fleur !
- C’est loin d’être un miracle ! je tentais de m’enfuir mais il me bloqua le chemin avec un sourire ravageur
- Je sais très bien que vous avez peur de fréquenter des hommes par devoir, mais vous êtes encore toute jeune, vous pouvez changer de voie.
- Je n’en ai pas l’intention ! Rétorquai-je.
- Donnez moi une seule raison valable !
- Vous les hommes, je vous déteste ! Tous, vous êtes tous façonnés de la même façon. Vous prenez les femmes comme … comme un livre, dis-je à court d’exemples. Oui, lorsque celle-ci vous ennuie vous l’échangez contre une autre, exactement comme un livre. Libertin comme vous êtes, vous essayer d’en collectionner le plus possible! Je suis sûre que si je vous avais demandé laquelle vous avez vraiment aimé, vous m’auriez répondu ‘’ j’ai aimé celle-ci et celle-là ‘’ exactement comme si vous me parliez d’un livre que vous avez déjà lu et que vous recherchez un nouveau pour satisfaire votre plaisir. Et si vous ne trouvez rien, vous prenez le premier venu en vous disant que cela fera l’affaire.
- Je vois que vous êtes en colère et cela vous rend encore plus magnifique, dit-il avec le sourire.
- Vos flatteries ne m’atteindront jamais ! Ne détournez même pas le sujet !
- D’après vous, quel amour n’est pas éphémère ?
- Celle de Dieu !
- Pauvre enfant ! Pauvre fleur blanche ! Ces nonnes vous ont bien tachées de leurs blessures. Oui, vous avez raison, rien ne sert de vous le cachez, l’amour est cruel, c’est un sadique ! Mais quelle importance qu’on perde face à lui ? Aimer et souffrir font partie de notre vie en tant qu’être humain. On ne peut pas avoir une vie parfaite avec un amour éternel et heureusement. Si cela arrivait, le bonheur deviendrait commun. Ce n’est plus vivre, c’est mourir à petit feu. Et puis, croyez-vous que l’amour divin doit exclure les autres ? Et si cette notion d’éternité n’était que pure mensonge ? Votre orgueil crée un masque fade sur votre beau visage. Il vous montre sa propre vision de la vie. Vous vivez à travers l’expérience des autres mais ce n’est pas la votre. Alors vivez, croyez moi vivez avant de mourir. Ne gaspillez pas la vie pour des préjugés. N’ayez pas peur de souffrir, la douleur donne du sens au bonheur, celui de viser toujours mieux. En souffrant, vous distinguerez le bonheur! En fuyant la souffrance, vous errez dans le faux et dans l’ennui mortel. Alors je vous dit, je vous conseille une chose : Vivez ! Vivez intensément ! Profitez du moindre instant ! beaucoup n’ont pas votre chance et croyez-moi c’est ce que Dieu veut … le bonheur des humains. »

Sur ces paroles prononcées du plus profond de son cœur, il se retourna et commença à s’éloigner. Les yeux brouillés de larmes, je restai perplexe devant ces propos si justes, si émouvants. Abandonnant la raison, n’écoutant que mon cœur, je courus l’attraper. Quelques soient les dangers qui se présenteront à moi, quelque soit la souffrance qui me suivra, quelque soit le chemin que j’explorai, quelque soit l’identité de celui que j’aime, je veux connaître l’amour en dépit de la souffrance !
Je courus attraper la petite main du jeune inconnu et la serra fort pour avoir sa force de penser, son courage d’affronter les difficultés de la vie à la légère.
- Ne me laissez pas, dis-je, aidez-moi !
- Ce n’est digne d’un homme de laisser les jeunes demoiselles en détresse. Je sais que je n’inspire pas confiance mais ayez confiance en moi, je ferai de tout mon possible pour vous. Vous m’avez tout de même appris des choses au sujet de notre dispute verbal et c’est la première fois sans mentir, sans exagérer ou au contraire sans euphémiser que j’avais prononcé des propos venant du fond du cœur. Allez, je sais que vous détestez les jeunes hommes comme moi mais …

Je le regardais sérieusement droit dans les yeux me noyant presque dans la profondeur des ses pupilles. Il s’arrêta, le regard seul suffisait amplement pour dire que l’erreur est humaine et qu’il faut aller de l’avant. Il esquissa donc un sourire en biais et ses yeux pétillaient de vivacité :

- Êtes-vous prêtes à partir affronter le monde ?
- Oui, je suis prête !
- Lucas sera là pour vous servir mademoiselle.

Ainsi, main dans la main, nous courûmes vers les contrées inconnues, nous ne choisissions pas notre chemin mais c’était bien le chemin qui nous choisissait. Alors je m’élançai quelque soit les mauvaises herbes qui se présenteraient à moi, je m’épanouirais, je fanerais peut-être un jour mais je vivrai !

*********************************************

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-manga.forums-actifs.com
lady rose noire
Membre de la famille
Membre de la famille
avatar

Zodiaque : Taureau Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 06/11/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'Abyss

MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   Sam 30 Avr - 0:55

Ce n'est pas trop mon genre de lecture mais je vais faire un effort pour toi en espérant que c'est pas trop tard ( en passant j'aime mon imge de profil et meri bien ^^ )

- me plongèrent c'est mieux, c'est immédiat
- direct toi, un lit Laughing
- me souviendrai !!
- jeunes homme et surtout pas vieux >.> c'est familier
- Du coup hum ... Par conséquence
- pourquoi par politesse ?
- vous est déjà arrivé non ait
- Par contre je trouve que ça coupe un peu cette prise à temoin
- saluai, tentai, me rendis compte utilise plutot du passé simple
- Les fastidieuses pierres grises qui composaient le mur du bâtiment n’avaient rien à voir avec ceux de Saint-Cyr. Celles et non cux, pierres c'est du féminin
- nonnes, un peu familier
- En effet, elles n’étaient plus des demoiselles pleines d’ambitions et d’espoirs. Bien au contraire, elles avaient toutes l’air autant affligé les unes que les autres par ce même fardeau appelé la vie. Comment est-elle sensé savoir ? C'est pas Dieu qui parle
bras balant
- les jours passèrent
- Je présumais que quelqu'un avait pleuré -> mais pleure t-elle encore ? Dans ce cas c'est pleurait ^^
- redressais, marchai, scrutai ( bref sans les s )
- je m'y connais pas grand chose , j'ai pas de culture concernant la religion en général mais faut pas dire "soeur" avant le prénom ?
- laps ? En peu de temps, il vous charme
- Quel être cruel est mal placé à mon gout
-entrée pas entrés
- un peu court pour un recit non ?
- toutes les femmes ? Je trouve ça trop généralisé essaye "la plupart" pour tes ananphores
- espoir désespérant, c'est joli :)
- chancune des plantes dégageait ça s'accorde avec chacune ! ^^
- soupirai
- remarquant que je le dévisageait -> qui remarque ?
- Les flots d’émotions aussi fortes ne devraient pas m’alimenter, ils ravageraient la petite plante que j’étais -> il y a un problème de concordance de temps
- le terme de déchirement est un peu trop fort je trouve ... notament pour quelqu'un qu'on a vu qu'une seule fois même pour un coup de foudre, essaye d'atténuer un peu
- je batirais non batirez
- sadique o__O
- alors, je vous dis,
- le bonheur des humais, mouai, des Hommes par exemple ...


Bon, j'ai pas tout corriger mais bon, l'essentiel quoi !
C'est une bonne histoire mais tu ne laisses pas toujours le temps au lecteur de se plonger dans la psychologie des personnages! Tu as tendance à brusquer et a monté un point de vue unique!
T'as tendance à tomber dans les clichés du coup tu généralise un peu ( qui dit couvent dit pas la mort non plus )
Je trouv la fin un peu baclé aussi et histoire de rajouter une petite morale xD !
j'aimais bien le perso du début, et je trouve assez brutal le revirement de situation, c'est prévisible mais ça fait drole de changer du coup ça fait de l'imposition morale au début ( haine des hommes, de l'amour ) à le gnangnan tout plein quand elle accepte de venir à lui !
Bon, après c'est mon point de vue --' et j'ai été assez franche et j'espère que ça t'aidera ! ^^

Bonne chance et gagne !!

super super super Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kokoro Mai
Admin
Admin
avatar

Zodiaque : Cancer Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 22
Localisation : Dans l' Abyss

Destroy Card
Chain/Pouvoir :
Ce que j'ai dans mes poches ... :
In love with :

MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   Mar 3 Mai - 23:13

coeur envoie coeur envoie coeur envoie coeur envoie coeur envoie Embarassed Embarassed Embarassed
ARIGATOU Merci, merci milles-fois !! Je t'ai pas dit merci avant => j'étais en mode stress death note bam

Haa, ça m'a aidé ! merci, je crois que je te remercierai jamais assez TToTT

ano c'est vrai que j'ai baclé et j'ai pas eu le temps de détailler T^T

chat chat C'est gentil en tout cas, et oui j'espère gagner chat chat Quoi c'est pas possible naruto ? Tant pis, au moins je me suis amusée à écrire ( et galéré aussi =__= )

*********************************************

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-manga.forums-actifs.com
lady rose noire
Membre de la famille
Membre de la famille
avatar

Zodiaque : Taureau Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 06/11/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'Abyss

MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   Dim 12 Juin - 22:13

Tout le plaisir est pour moi :)

Alors t'as gagné ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kokoro Mai
Admin
Admin
avatar

Zodiaque : Cancer Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 22
Localisation : Dans l' Abyss

Destroy Card
Chain/Pouvoir :
Ce que j'ai dans mes poches ... :
In love with :

MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   Lun 13 Juin - 9:54

No lo sé .________.

Les résultats sont le 15 >w< !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-manga.forums-actifs.com
Yumi-ou-Misa-misa
Modérateur
Modérateur
avatar

Zodiaque : Scorpion Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 25/08/2010
Age : 21
Localisation : Drancy, 93 (région parisienne)

MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   Mar 21 Juin - 9:00

alors, maintenant, t'as gagné ?

*********************************************
+ essaies d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.YumiKawaiiMikado.skyrock.com
Kokoro Mai
Admin
Admin
avatar

Zodiaque : Cancer Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 22
Localisation : Dans l' Abyss

Destroy Card
Chain/Pouvoir :
Ce que j'ai dans mes poches ... :
In love with :

MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   Mar 21 Juin - 9:10

Une revenante :D

Nan >w<
Mad
Comment je pouvais, il y avait 200 et des poussières de concurrents ouf

Merci quand même

[Désolé pour le flood mais Elo mes shoes *_______________________* ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-manga.forums-actifs.com
Yumi-ou-Misa-misa
Modérateur
Modérateur
avatar

Zodiaque : Scorpion Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 25/08/2010
Age : 21
Localisation : Drancy, 93 (région parisienne)

MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   Mar 21 Juin - 9:34

... Oups ^o^"

*********************************************
+ essaies d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.YumiKawaiiMikado.skyrock.com
Kokoro Mai
Admin
Admin
avatar

Zodiaque : Cancer Signe Chinois : Cochon
Date d'inscription : 01/08/2010
Age : 22
Localisation : Dans l' Abyss

Destroy Card
Chain/Pouvoir :
Ce que j'ai dans mes poches ... :
In love with :

MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   Mar 21 Juin - 9:39

Baka U-U '
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandora-hearts-manga.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HELP urgentissime >.< "   

Revenir en haut Aller en bas
 
HELP urgentissime >.< "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pandora Hearts no Yūutsu :: ♣ Flood-Land ♣ :: Fictions-
Sauter vers:  





Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit